Rechercher

L’importance d’une approche globale en réflexologie plantaire. 


La réflexologie plantaire est en plein essor. Ses nombreux bénéfices, qu’ils soient physiques ou émotionnels sont maintenant de plus en plus connus et reconnus par le public, mais aussi par une partie croissante du monde médical qui constate les bienfaits rapportés par les patients. Au fil du temps, les protocoles de soins se sont affinés et les cartographies des réflexes plantaires sont devenues de plus en plus détaillées. Cela est bien compréhensible, car il est normal de toujours vouloir gagner en précision et en efficacité. Tous ces nouveaux protocoles, ces nouveaux points précis sont, pour une très grande partie d’entre eux, très efficaces. Ils permettent de faire progresser la pratique de la réflexologie et d’obtenir ainsi des bénéfices plus rapides et plus durables. Il ne faut cependant pas perdre de vue la base de la pratique, qui est fondée sur une approche prenant compte de la personne dans sa globalité.


Une bonne image vaut mieux que mille explications.


Que l’on apprécie ou pas le gout sucré, la pâtisserie a quelque chose de magique. Regarder la collerette d’un macaron se former de façon parfaitement homogène après quelques minutes de cuisson est un spectacle toujours impressionnant pour l’apprenti pâtissier. Déguster un beau dessert, croustillant et moelleux à la fois, est un excellent moyen de ravir les papilles les plus délicates.

Mais que faut-il pour faire un bon gâteau ? Tout d’abord, une bonne connaissance des ingrédients et de leurs utilités est une priorité et est primordiale (théorie). Ensuite, il faut trouver une bonne recette (protocole). Vient ensuite le savoir-faire, le fameux tour de main qui permet d’incorporer les blancs en neige ou de réaliser une fabuleuse meringue italienne (pratique). Une fois ces paramètres bien maitrisés, on a la certitude de pouvoir réaliser des desserts équilibrés en texture et en saveur. C’est la base de la maitrise de l’art de la pâtisserie.

Pourtant il est possible de rendre notre pâtisserie encore meilleure en rajoutant un ingrédient rare ou une texture nécessitant une technique bien particulière. Mais cela n’aura un sens que si toutes les bases sont respectées à la lettre. Quel serait l’intérêt d’utiliser un ingrédient hors de prix ou de réaliser un magnifique glaçage sur un gâteau sans texture et avec un gout mal équilibré ? La réponse est évidente.

Ce qui est vrai pour la pâtisserie se vérifie dans tous les autres domaines. Quelles que soient les avancées, il faut constamment garder les bases qui font le succès d’une pratique. Cela est également vrai pour la réflexologie plantaire.


De la définition, au but et à la méthodologie en réflexologie plantaire.


Avant d’aller plus loin, il est bon de rappeler les rapports entre définition, but et méthodologie.

La définition parle d’une pratique de soins qui permet d’agir sur toutes les parties de notre organisme en exerçant des pressions précises sur des zones réflexes plantaires.

Le but est de favoriser le retour naturel à un bon équilibre de notre organisme, c’est ce que l’on appelle l’homéostasie. Il s’agit en fait de permettre à notre corps de fonctionner au mieux de ses possibilités physiques et émotionnelles.

La méthodologie est ce qui permet d’accéder au but en exerçant des pressions sur des zones plantaires précises (définition).


La base d’une bonne méthodologie repose sur trois axes principaux :


  • La théorie : C’est la bonne connaissance de l’anatomie, de la physiologie, des localisations réflexes ainsi que des différents troubles que l’on est amené à soulager lors de nos séances. La théorie est indispensable à la compréhension de ce que l’on observe et de ce que l’on fait. Elle nous permet d’adapter et de personnaliser notre approche pratique et nos protocoles de soins.

  • Les protocoles de soins : ils indiquent quelles sont les zones réflexes qui doivent être stimulées, dans quel ordre et sur quelle durée. Un protocole de soins est toujours personnalisé. Il est déterminé en fonction des troubles décrits et de la texture cutanée des différentes zones plantaires.

  • La pratique : c’est l’application du protocole de soins, lui-même élaboré par les connaissances théoriques. C’est là que l’on applique des pressions sur les différentes zones plantaires. Pour être efficace, une pression doit être « juste », précise et suffisamment forte pour déclencher une « boucle réflexe », mais pas trop pour ne pas engendrer une résistance de l’organisme. La zone réflexe doit également être suffisamment maintenue pour que l’action de la pression ait le moins de « déperdition » possible sur les tissus environnants. Ce dernier point est très important, car mieux une zone sera maintenue, moins la pression aura besoin d’être forte et douloureuse.

Connaissance théorique, élaboration de protocoles personnalisés et mise en pratique sont les bases indispensables d’une méthodologie cohérente en réflexologie plantaire. Ce sont les trois axes qui permettent à notre organisme de fonctionner aux mieux de ses possibilités. C’est une approche holistique, elle prend en compte la personne dans sa globalité.


Une approche de plus en plus précise


Comme il a été dit en introduction, la réflexologie est en pleine évolution. La stimulation de nouveaux points réflexes, la mise en place de protocoles innovants ou de nouvelles façons de stimuler les zones réflexes font progresser notre pratique. Tout cela a pour but d’obtenir davantage de bénéfices, plus rapides et durables. Bien sûr, chaque nouvelle technique, chaque nouveau protocole de soins doit être un plus pour les personnes qui bénéficient des séances de réflexologie. C’est en quelque sorte la « cerise sur le gâteau » qu’il faut intégrer dans une approche globale et cohérente.


Pour conclure


Il est important de toujours chercher à favoriser un retour à une bonne homéostasie et permettre à l’organisme de fonctionner dans sa globalité au mieux de ses possibilités. Cela doit rester le fil conducteur de la pratique de la réflexologie.


C’est en respectant constamment les bases qui ont fait le succès de la réflexologie que l’apport de nouvelles façons de procéder prendra tout son sens et permettra de faire évoluer positivement et durablement cette belle pratique.


La réflexologie ne se substitue pas à la médecine conventionnelle.

Le réflexologue ne peut pas faire un diagnostic, modifier un traitement ou participer à une décision thérapeutique.

Conformément à la loi, la pratique de la réflexologie ne peut être en aucun cas assimilée à des soins médicaux ou de kinésithérapie, mais à une technique de bien être par la relaxation physique et la détente libératrice de stress. (Loi du 30.04.1946, décret 60669 de l’article l.489 et de l’arrêté du 8.10.1996.)

1,196 vues