Rechercher

L’importance de l'hypophyse en réflexologie


Le réflexe de l’hypophyse, situé sur le gros orteil, est un réflexe primordial en réflexologie plantaire. Le but de cet article est de rappeler l’importance d’une stimulation minutieuse de cette zone « sensible » du pied.


Rappel simplifié d’anatomie et physiologie


L’hypophyse est une toute petite glande endocrine de la taille d’un petit pois et pèse moins d’un gramme. Elle est située à la base du crâne et est bien protégée dans une cavité osseuse, la selle turcique. Elle est reliée à l’hypothalamus par la tige pituitaire.

L’hypophyse sécrète des hormones : certaines agissent sur des organes cibles, alors que d’autres, les stimulines, régulent la production hormonale des autres glandes endocrines de l’organisme.


Les différentes hormones hypophysaires :

  • FSH et LH : action sur les ovaires et les testicules, elles stimulent la production d’ovules et de spermatozoïdes, l’ovulation et la production de testostérone.

  • TSH : action sur la glande thyroïde (sécrétion d’hormones thyroïdiennes).

  • ACTH : action sur les glandes surrénales (sécrétion de glucocorticoïde).

  • GH : hormone de croissance (action sur les os, muscles et organes)

  • Prolactine : production du lait maternel

  • ADH ou vasopressine : favorise la réabsorption de l’eau au niveau des reins

  • Ocytocine : stimule la contraction de l’utérus lors de l’accouchement ainsi que la sécrétion de lait

  • MSH : Action sur la mélanine, pigment de la peau

  • Endorphines : diminution des sensations douloureuses

FSH, LH, TSH et ACTH sont des stimulines, leur action confère à l’hypophyse un rôle de régulateur de l’ensemble du système endocrinien.


L’hypophyse en réflexologie plantaire


Le but de cet article n’est pas d’expliquer comment localiser précisément le point réflexe de l’hypophyse ni de faire l’inventaire des différentes méthodes pour le stimuler, mais de montrer son importance en séance de réflexologie.


Il y a d’autres réflexes qui doivent être travaillés lors de chaque séance, même de façon brève, mais le réflexe de l’hypophyse est le seul qui ait une action sur tout le corps.

En appuyant sur une zone de la taille d’une tête d’épingle, on stimule une glande de la taille d’un raisin sec situé dans le crâne et l’on agit la régulation du système hormonal dans son ensemble.


« Le réflexe de l’hypophyse c’est la boite à pharmacie secrète du réflexologue »


En travaillant l’hypophyse, on ne peut jamais prédire les réactions de la personne qui reçoit au moment de la stimulation : frissons, relâchement musculaire, gêne, nausée, douleurs qui apparaissent de façon momentanée, bouffée de chaleur, sensation de froid, décontraction profonde, sensation de vide… La liste est bien trop longue, l’hypophyse agissant sur tout l’organisme par le biais du système hormonal.


La seule chose qui est certaine c’est que le corps réagit toujours bien, c’est-à-dire dans son intérêt et une stimulation soutenue est toujours bénéfique et favorise un bon équilibre physiologique de l'organisme.


Pour obtenir des résultats, il n’est pas question de faire un « petit massage léger » sur la zone réflexe, même de façon prolongée. Bien que soit une zone le plus souvent très douloureuse, il faut augmenter la pression petit à petit jusqu’à trouver l’appui qui permet une stimulation efficace sans provoquer trop de douleur pour la personne.

La stimulation doit être soutenue dans la force et la durée, cela est toujours adapté aux réactions. L’inconfort momentané que cela peut provoquer sera de toute manière bien inférieur aux bénéfices.


Du point de vue de l’efficacité il n’y a pas de moment à privilégier, mais il est évident que commencer ou terminer une séance par une stimulation du réflexe hypophysaire n’est pas conseillé, le milieu de séance semble le meilleur moment.

L’hypophyse fait partie des réflexes qui doivent être travaillés à chaque séance de façon approfondie.

Quel que soit le motif de consultation en réflexologie, une stimulation du réflexe hypophysaire, par son action globale, aura toujours une bonne raison d’être faite. Les bénéfices sont tellement importants qu’il serait vraiment dommage de s’en passer.



La réflexologie ne se substitue pas à la médecine conventionnelle.

Le réflexologue ne peut pas faire un diagnostic, modifier un traitement ou participer à une décision thérapeutique.

Conformément à la loi, la pratique de la réflexologie ne peut être en aucun cas assimilée à des soins médicaux ou de kinésithérapie, mais à une technique de bien être par la relaxation physique et la détente libératrice de stress. (Loi du 30.04.1946, décret 60669 de l’article l.489 et de l’arrêté du 8.10.1996.)


Crédit photo : <a href="http : //www.freepik.com">Designed by Kjpargeter / Freepik</a>

3,358 vues